Biographie
GrimSkunk, l’un des groupes les plus persévérants du mouvement psych-rock-punk québécois et canadien nous revient en force avec un nouvel album intitulé «Unreason In the Age of Madness».
 
Réalisé par GGGarth Richardson , légendaire réalisateur connu pour son travail sur le premier album de Rage Against the Machine, et enregistré au Farm Studios en Colombie-Britannique, ce nouvel album des Skunks dépeint autant la beauté naturelle de la côte Ouest canadienne que la détermination à mettre fin à l'élan auto-destructeur dans lequel la société et l’humanité se catapulte continuellement.
 
Mariant une énergie tribale à leur unique son éclectique, l’album concentre l’essentiel de l’énergie brute et pure de GrimSkunk. On y retrouve un parfait mélange du punk indigné et d’optimisme, allant jusqu’à dire l’idéalisme hippie de ceux qui croient encore à un monde meilleur.
 
Fidèle à son habitude, le groupe fait appel à des amis pour collaborer et ajouter leurs touches personnelles sur certaines chansons. Le batteur original Alain VdeBC est d’ailleurs de retour à la composition et l’arrangement de plusieurs chansons sur l’album. On y retrouve notamment le violoncelle saisissant de Jorane sur «Starlight», une chanson acoustique surnaturelle, le didjeridoo en trance de Rodolphe Gagnon sur «Let’s Start a War», les harmonies mélodieuses de Paul Cargnello , les cuivres à la 007 de Chris Vincent (Busty and the Bass) et de Sapphira Harun , les rythmes africains de Momo Coulibaly dans l’ensoleillée «Same Mistake», la trompette jazz de Jon Matte (The Franklin Electric) sur «Hanging Out in the Rain» et finalement la mandoline de Denis Lepage (BARF, Colectivo) sur l’hymne franco-gypsy-punk «Les Insoumis».
 
«Unreason in the Age of Madness» a été enregistré en seulement deux semaines, dans un rush de créativité et de spontanéité sans répit, laissant peu de temps pour le doute. La création des chansons survenues lors de courts jams sur la véranda, fut presque instantanément suivie de leur enregistrement afin de capturer le moment et l’essence de l’inspiration créée en harmonie avec la vision de GGGarth.
 
C’est en utilisant un arsenal de 7 amplis de guitare différents que chacune des chansons déploie sa propre combinaison sonore des plus originales. Le fameux talent de Joe Evil à l’orgue a été mis de l’avant sur un authentique Hammond Leslie, tel un Jon Lord du punk. Le résultat final combine le psych-rock des années 70 avec des paroles engagées et l’énergie viscérale du punk/hardcore; Black Sabbath/Pink Floyd rencontrent la revendication anti conformiste de Rage Against the Machine.
 
Dénonçant tous les aspects de l’échec humain, des maux de notre société, de l’hypocrisie meurtrière du lobby d’armes à feu du NRA et l’idiocratie qu’est la présidence sous Trump, l’album se veut un appel à la paix et à la révolution du coeur afin de rejeter le climat grandissant d’étroitesse d’esprit et d’intolérance, pour dénoncer l’indifférence et construire un futur meilleur!
Réduire le texte Lire plus