Kim Churchill

18 mai 2018
Podcasts are the new hand written Letters
Biographie
Le style de Kim Churchill est explosif. L’artiste combine un jeu de guitare d’une technicité redoutable, mêlant « picking » des plus complexes, percussions sur le manche et la caisse de résonance, « tapping » des deux mains, avec des mélodies d’harmonica, des percussions jouées au pied, et une voix profonde et émouvante. Son écriture reflète son mode de vie – une enfance sur la côte est de l’Australie, la mer et le surf au bout du jardin - et une vie nomade, en tout temps sur la route.
Kim Churchill vit pour et par la guitare depuis maintenant plus de dix ans. En l’écoutant on imagine les heures qu’il a consacré au travail de son instrument et on ne peut que constater l’étendue de son indéniable talent. Le jour où l’on apprend qu’il a seulement 20 ans, l’artiste passe définitivement dans la cours des grands. Sa technique sans failles et sa vision lyrique, d’une maturité exceptionnelle pour son âge, lui ont offert un début de carrière fulgurant. Ce n’est pas pour autant qu’il se laisse aller, ne manquant, pas de volonté. “As a young artist, now’s the time for me to be busy” s’enthousiasme Kim. “You just have to tour your arse off, record heaps and keep pushing every way you can. It’s been a hectic couple of years but its also been lots of fun.” Jeune enfant, Kim pratiquait sa guitare à toute heure, devançant l’aube pour s’atteler à la tâche. On retrouve cette ferveur et cette assiduité sans pareil sur ses disques et encore plus en concert. Le style de Kim Churchill est explosif. L’artiste combine un jeu de guitare d’une technicité redoutable, mêlant « picking » des plus complexes, percussions sur le manche et la caisse de résonnance, « tapping » des deux mains, avec des mélodies d’harmonica, des percussions jouées au pied et une voix profonde et émouvante. Bien que son jeu soit complexe, ses chansons ont une fluidité et un naturel émanant une tranquillité d’esprit comparable à celle que peut provoquer la contemplation du soleil levant et des vagues. Kim Churchill est un incroyable homme de scène et un véritable virtuose, mais contrairement à bien d’autres, il dégage une modestie authentique. Sa vie de bohème, ou plus probablement sa passion pour le surf, doivent lui garder les pieds sur terre. "I really try to paint a picture of sounds that complement the lyrics I've written", déclare Kim. En 2009, dès la fin de ses études secondaires, Kim prend la route, jouant dans les rues et partageant sa musique avec tous, amis comme étrangers. La même année, il reçoit la distinction : National Youth Folk Artist of the Year. Après avoir été sélectionné parmi des centaines de candidats au Byron Bay Bluesfest Busker Competition en 2010, Kim s’est rapidement frayé un chemin sur la scène musicale australienne. Il est programmé non pas une, mais deux fois par le prestigieux festival, partageant la scène principale lors de la nuit d’ouverture avec Xavier Rudd, Michael Franti et Ben Harper et lors du concert du clôture avec Paul Kelly, Buffy Sainte-Marie et le grand Bob Dylan en personne. “Kim’s my favorite new artist right now” Michael Franti, en entrevue avec Kim au Byron Bay Bluesfestival. http://youtu.be/b0nhb4VXBz4 Depuis ses débuts sans prétention, mais néanmoins impressionnants, son travail artistique lui a permis de toucher un nombre toujours plus important de mélomanes, gagnant le cœur et l’admiration des spectateurs des plus grands festivals australiens comme le Woodford Folk Festival, le Port Fairy Folk Festival, le Queenscliff Music Festival et bien d’autres. L’année dernière, Kim a aussi exporté son spectacle au Japon, au Canada, au Royaume-Uni et au Japon. En 2011, Kim Churchill a été programmé sur les scènes des plus grands festivals internationaux comme le Woodford Folk festival, le SXSW, le Memphis International Folk Alliance et le Canadian Music Week. Après un passage au Royaume-Uni, il est retourné en Australie pour accompagner Michael Franti & Spearhead lors de leur tournée sur la côte est australienne. Au printemps 2011, il a été la tête d’affiche durant sa tournée sur la côte ouest australienne et en Nouvelle-Calédonie. L'été 2012 est marquée par une tournée canadienne (Festival International de Jazz de Montréal, Festival d’Été de Québec, Ottawa Bluesfest) prévue en soutien de la sortie canadienne de son album sur l’étiquette Indica. Kim en profite pour s'attirer l'engouement des québécois et s'imposer comme une des révélations festivalières de l'année. Il se voit alors proposer une série de concerts en headline pour l'automne, qu'il accepte et effectue avec brio, prouvant sa capacité à remplir certaines des plus belles salles du Québec (théâtre Corona, Granada et Petit Champlain entre autres).
Après un passage remarqué au Falls Festival de Melbourne, Kim a quitté provisoirement les planches pour enregistrer un nouvel album qui paraîtra au printemps 2012.
Réduire le texte Lire plus
Pas de concert annoncé pour cet artiste, inscrivez-vous à l'infolettre pour vous tenir au courant.
Inscrivez-vous à l'infolettre
OK
Veuillez entrer une adresse courriel valide.